Décodex : la guerre contre les fake-news


@rrêt sur images


En ces temps de fausse information et de post-vérité, il est plus nécessaire que jamais d’aider les internautes à s’orienter dans la jungle des informations en ligne. Les aider oui, mais qui doit les aider, et comment ? Un nouvel outil développé par Le Monde, Decodex, soulève depuis quelques jours un tonnerre de protestations de la part des sites labellisés peu fiables ou même pas fiables du tout. Question de fond : un journal peut-il être le juge de ses concurrents ? Pour répondre : Samuel Laurent, responsable des Décodeurs du Monde, à l’origine du projet Décodex, Louise Merzeau, qui propose dans une tribune une labellisation collaborative sur le modèle de Wikipedia et François Ruffin, patron du site Fakir et réalisateur du film Merci Patron !

Émission de Daniel Schneidermann
Diffusée le 10 mars 2017

Avec :

  • Samuel Laurent, responsable des Décodeurs du Monde
  • Louise Merzeau, professeure en sciences de l’information et de la communication à l’université Paris Nanterre
  • François Ruffin, responsable du site Fakir

Extrait de l’émission :

Visionner l’émission

Visiter le site d@rrêt sur images

Fictions de soi: l’identité à l’heure du numérique


Cycle 40 ans : changer de culture(s)


Entre autobiographie et fiction, les réseaux sociaux déplacent les frontières entre vie privée et vie publique, jouant en permanence de l’ambivalence entre le plaisir de partager son histoire personnelle et la volonté de préserver son intimité et ses données. Que montre-t-on de soi-même sur Facebook, Twitter, LinkedIn, Périscope, Instagram ou Tinder ? Qu’elle soit parfaitement contrôlée (e-réputation, profils fictionnels) ou non, que révèle notre image sur nous ? Cette rencontre soulèvera la question de l’identité sur les réseaux sociaux numériques et la manière dont ceux-ci sont devenus des supports d’écriture et d’affirmation d’une certaine image de soi.

Table ronde organisée par la Bibliothèque publique d’information du Centre Pompidou, dans le cadre du cycle 40 ans : changer de culture(s)

Animée par Virginie Julliard, maître de conférences en sciences de l’information et de la communication à l’Université de Technologie de Compiègne
Avec :

  • Boulet, auteur de bande dessinée
  • Fanny Georges, maître de conférences en sciences de la communication, Université de Paris 3
  • Louise Merzeau, Professeure en sciences de l’information et de la communication Université Paris Nanterre.

6 février 2017, à 19h00
Centre Pompidou, Petite salle – Paris

Sketchnotes réalisé pendant la rencontre par Mathieu Letellier

Télacharger la version intégrale du sketchnotes

Visiter le site de la Bibliothèque publique d’information

L’éditorialisation de soi

Dispositifs profilaires et digitalisation : ce que le profilage fait au social.


Plus que sur une image de soi, l’ethos numérique repose sur un système conversationnel alimenté par un traitement algorithmique de métadonnées. D’un côté, les machines captent les régularités des internautes. De l’autre, les individus administrent leur notoriété en intériorisant la normativité des plateformes. Jouant sur une double logique de documentation et de relation, le profil offre une architecture privilégiée à cette nouvelle forme d’ethos. Fonctionnant comme territoire et comme matrice, il permet aussi de dépasser l’horizon individuel pour rattacher l’ethos à un commun.

Atelier critique, séminaire du laboratoire interdisciplinaire de sociologie économique (Lise)

Discutante : Virginie Julliard (Maître de conférence à l’Université de Technologie de Compiègne)

mercredi 1er février 2017
Cnam, Paris – salle 17.1.05

• support de présentation :

logo-pdf Télécharger la bibliographie

Consulter le site du LISE

Techniques d’oubli en environnement numérique

logo-cresat

Mémoire et numérique : entre collecte et oubli, enjeux sociétaux et professionnels


Chaque seconde, le moteur de recherche de Google mène une activité imperceptible pour les internautes : l’indexation. Ses mécanismes sont bien connus […]. La politique de désindexation des contenus est, quant à elle, beaucoup moins connue […]. Ce geste de désindexation, quasiment invisible, pose d’abord des questions juridiques, politiques et organisationnelles. […] Retirer un document peut nécessiter de complexes négociations avec des cadres législatifs concurrents, des équipes situées dans plusieurs pays et des acteurs aux intérêts différents. Quels critères commandent l’interprétation d’une situation problématique ? Quel est le devenir des documents retirés de l’index de Google ? Ont-ils un nouveau statut juridique, matériel et ontologique ? La gestion de la mémoire collective se pose alors également. Appareillées par des dispositifs, les modalités d’exercice de cette mémoire sont fragilisées. Les moteurs de recherche, comme la culture numérique, ont cependant une vertu heuristique : ils obligent à inventer de nouvelles formes de constitution de la mémoire, qui ne passeraient plus exclusivement par des foyers identifiés, comme les plateformes publiques ou propriétaires. Quelle « compétence mémorielle » et quels nouveaux « arts de la mémoire » sont ainsi à encourager pour anticiper les risques d’une « démémoire » cadrée ? Enfin, quelle place donner à l’oubli ? Dans quelles conditions peut-il s’exercer ?

Journée d’étude organisée par le laboratoire CRESAT
Comité d’organisation :
Marc Jahjah, Carsten Wilhelm, Fabien Bonnet, Timothée Euvrard

Avec :

  • Alessandro De Falco, legal specialist chez Google France
  • Karine Favro, MCF HDR en Droit public
  • Camille Desenclos, MCF en SIC, et responsable de la spécialité Archivistique – UHA
  • Claire Scopsi, MCF à l’INTD
  • Rolf Kailuweit, Professeur de Linguistique et Sciences des Médias et de la Communication à l’université de Freiburg
  • Catherine Roth, Docteur en SIC, – CRESAT
  • Mélanie Antoine, Réalisatrice chez « Les Voix d’Ici : L’audioguide des habitants»

mardi 13 décembre 2016
Faculté des sciences économiques, sociales et juridiques de Mulhouse (FESEJ)
Campus Fonderie, 16, rue de la Fonderie (Amphi 2)

logo-pdf Télécharger le programme

• support de présentation :

logo-pdf Télécharger la bibliographie

Consulter le site du CRESAT

Archives et archivage du patrimoine nativement numérique face aux attentats – projet ASAP

asap-1-72dpi

Louise Merzeau CC BY-SA

De #jesuischarlie à #offenturen – Archives et archivage du patrimoine nativement numérique face aux attentats.

Prenant pour point d’appui les archives du Web et des réseaux socio-numériques créées à la suite des attentats de janvier et novembre 2015, l’équipe ASAP, soutenue par le CNRS dans le cadre de l’appel à projets CNRS Attentats-Recherche, a mené une recherche interdisciplinaire (informatique, SIC, sociologie, histoire notamment) en partenariat avec les équipes de la BnF et de l’Ina chargées du DL Web et une partie de l’équipe européenne RESAW. Elle vous invite au dialogue autour de ces enjeux liés aux mémoires et au patrimoine nativement numérique des attentats de 2015.

Journée de clôture du projet ASAP,  piloté par Valérie Schafer

logo-pdf Télécharger le programme

Consultez le carnet de recherche du projet ASAP