Techniques d’oubli en environnement numérique

logo-cresat

Mémoire et numérique : entre collecte et oubli, enjeux sociétaux et professionnels


Chaque seconde, le moteur de recherche de Google mène une activité imperceptible pour les internautes : l’indexation. Ses mécanismes sont bien connus […]. La politique de désindexation des contenus est, quant à elle, beaucoup moins connue […]. Ce geste de désindexation, quasiment invisible, pose d’abord des questions juridiques, politiques et organisationnelles. […] Retirer un document peut nécessiter de complexes négociations avec des cadres législatifs concurrents, des équipes situées dans plusieurs pays et des acteurs aux intérêts différents. Quels critères commandent l’interprétation d’une situation problématique ? Quel est le devenir des documents retirés de l’index de Google ? Ont-ils un nouveau statut juridique, matériel et ontologique ? La gestion de la mémoire collective se pose alors également. Appareillées par des dispositifs, les modalités d’exercice de cette mémoire sont fragilisées. Les moteurs de recherche, comme la culture numérique, ont cependant une vertu heuristique : ils obligent à inventer de nouvelles formes de constitution de la mémoire, qui ne passeraient plus exclusivement par des foyers identifiés, comme les plateformes publiques ou propriétaires. Quelle « compétence mémorielle » et quels nouveaux « arts de la mémoire » sont ainsi à encourager pour anticiper les risques d’une « démémoire » cadrée ? Enfin, quelle place donner à l’oubli ? Dans quelles conditions peut-il s’exercer ?

Journée d’étude organisée par le laboratoire CRESAT
Comité d’organisation :
Marc Jahjah, Carsten Wilhelm, Fabien Bonnet, Timothée Euvrard

Avec :

  • Alessandro De Falco, legal specialist chez Google France
  • Karine Favro, MCF HDR en Droit public
  • Camille Desenclos, MCF en SIC, et responsable de la spécialité Archivistique – UHA
  • Claire Scopsi, MCF à l’INTD
  • Rolf Kailuweit, Professeur de Linguistique et Sciences des Médias et de la Communication à l’université de Freiburg
  • Catherine Roth, Docteur en SIC, – CRESAT
  • Mélanie Antoine, Réalisatrice chez « Les Voix d’Ici : L’audioguide des habitants»

mardi 13 décembre 2016
Faculté des sciences économiques, sociales et juridiques de Mulhouse (FESEJ)
Campus Fonderie, 16, rue de la Fonderie (Amphi 2)

logo-pdf Télécharger le programme

• support de présentation :

logo-pdf Télécharger la bibliographie

Consulter le site du CRESAT

Archives et archivage du patrimoine nativement numérique face aux attentats – projet ASAP

asap-1-72dpi

Louise Merzeau CC BY-SA

De #jesuischarlie à #offenturen – Archives et archivage du patrimoine nativement numérique face aux attentats.

Prenant pour point d’appui les archives du Web et des réseaux socio-numériques créées à la suite des attentats de janvier et novembre 2015, l’équipe ASAP, soutenue par le CNRS dans le cadre de l’appel à projets CNRS Attentats-Recherche, a mené une recherche interdisciplinaire (informatique, SIC, sociologie, histoire notamment) en partenariat avec les équipes de la BnF et de l’Ina chargées du DL Web et une partie de l’équipe européenne RESAW. Elle vous invite au dialogue autour de ces enjeux liés aux mémoires et au patrimoine nativement numérique des attentats de 2015.

Journée de clôture du projet ASAP,  piloté par Valérie Schafer

logo-pdf Télécharger le programme

Consultez le carnet de recherche du projet ASAP

 

 

IMAGE(S) : métiers d’aujourd’hui


Image et information


Rechercher, trier, indexer, formater, légender, animer… Informer par l’image, c’est maîtriser toute une chaîne d’éditorialisations qui convoquent autant de savoir faire que de cultures. Des industries de l’audiovisuel au patrimoine, en passant par l’entreprise et l’édition, des professionnels viennent raconter les coulisses de leur métier, pour partager avec nous la richesse et la complexité du médium image.


Rencontre organisée et animée par les étudiants de la licence Infocom de Paris Ouest Nanterre dans le cadre du cours « Image et Information » assuré par Louise Merzeau.

dsc_0013-72dpi
Intervenants :
  • Gilles Freissinier, responsable du Pôle web d’Arte
  • Emmanuel Le Vallois,  directeur éditorial, publisher chez Hachette – directeur de la division illustrée des éditions Marabout (Cuisine, Vin, Craft, DIY)
  • Camille Mazoyer, chargé de communication à la direction de la communication d’EDF, coordinatrice éditoriale pour les sites Web externes
  • Anne-Myrtille Renoux, cheffe de service des ressources documentaires et éditoriales, Direction de la recherche et des collections, Musée du Louvre

images-metiers02

Jeudi 24 novembre 2016 à 10h
Université Paris Ouest Nanterre La Défense
Maison des étudiants, Platø 9

Storify de la rencontre (fil Twitter)

Page Facebook de l’événement

20 ans d’archives du web : retour sur les ateliers du Dépôt Légal du Web à l’Ina

logo-inatheque
Il était une fois dans le web : 20 ans d’archives de l’internet en France

Journée professionnelle organisée par la Bibliothèque nationale de France et l’Institut national de l’audiovisuel.

23 novembre 2016
BnF, Site François-Mitterrand, Petit auditorium – Paris

20ansdlweb

Présentation avec Claude Mussou du bilan des Ateliers du Dépôt légal du web à l’Ina et du travail d’éditorialisation du blog des ateliers réalisé avec Boris Blanckemane :

Consulter le programme de la journée sur le site de la BnF

Visiter le blog des ateliers

À quoi sert l’archivage du web ?
Interview enregistrée par l’Atelier des médias en parallèle de cette journée

Présence numérique du chercheur : de l’identité à l’environnement

logo-halshs
Vers une culture de la diffusion en sciences humaines et sociales : les 10 ans de HAL-SHS


Quel sens a le dépôt en archives ouvertes pour le chercheur en sciences humaines ? Suffit-il de lui parler diffusion et référencement pour le convaincre d’adopter une démarche d’auto-archivage ? Sans doute faut-il dépasser les performances de l’outil et les services qu’il peut lui rendre (automatisation de certaines tâches, fournitures de CV…), pour replacer le dépôt dans une pratique globale d’éditorialisation scientifique. Celle-ci va de la conversation entre chercheurs à la transmission des connaissances, en passant par la publication, l’indexation, la curation, la redocumentarisation, etc. Cette activité multimodale s’exerce désormais dans un environnement-support, où se croisent des communautés, des degrés d’expertise et des temporalités hétérogènes, et où la logique du partage (dimension sociale, viralité, temps court) n’est pas toujours compatible avec celle de la publication (évaluation, métadonnées, temps long). Dans ce contexte, le seul dénominateur commun n’est plus le document mais l’identité du chercheur, ou plus exactement, la présence numérique à travers laquelle il se manisfeste au autres. Attention, confiance, crédibilité, mais aussi contribution à un espace commun du savoir, que chaque acte éditorial contribue à configurer : l’auto-archivage relève bien d’un éthos numérique et d’une éthique scientifique.

Journée d’étude organisée par l’Institut des Sciences Humaines et Sociales (InSHS) du CNRS et le Centre pour la Communication Scientifique Directe (CCSD)

18 décembre 2015,  CNRS, Paris

captation vidéo

conf-hal-shs

• support de présentation

logo-pdf programme

Visiter le site de Hal-SHS