Pour une anthropologie du numérique

logo-e-education
Colloque international e-éducation
Penser les organisations éducatives à l’ère de la mobilité

Depuis plus de 20 ans, le numérique n’est la plupart du temps abordé qu’à travers le paradigme de la rupture et de la nouveauté. Les héritiers de la culture du livre, qui administrent encore la plupart des systèmes de régulation sociale, l’appréhendent souvent comme une terra incognita, un monde séparé dont les règles seraient inconnues, inédites ou inexistantes. Si cette perception était parfaitement légitime jusqu’au début du XXIe siècle, au fur et à mesure que les années passent, elle apparaît de plus en plus comme un refus d’aborder la question de front, en remettant toujours à demain l’entrée dans le monde numérique Lire la suite.

Organisé par l’ESENESR, avec la Télé-Université du Québec (TELUQ), le réseau Canopé, le CNED et l’Université de Poitiers

Du 7 au 10 novembre 2016, Poitiers

Table ronde « Pour une anthropologie du numérique »
avec Jacques-François Marchandise (La Fing) et Pascal Plantard (Université Rennes 2)
mardi 8 novembre 10h30

Programme du colloque

Émission webradio Vers une écologie du numérique enregistrée le 8 novembre, avec J.-Fr. Marchandise et P. Plantard :

Consulter le site du colloque

Pratiques et enjeux de l’éditorialisation pour les “passés dans le présent”

labex-passes-present-logo
6e Atelier du labex Les Passés dans le Présent

Une partie substantielle des travaux du labex Les passés dans le présent porte sur l’exploitation de fonds numérisés ou nativement numériques. Une fois numérisées, les ressources ne peuvent être simplement diffusées sur Internet : elles doivent être formatées, indexées, enrichies, agrégées, partagées… en un mot éditorialisées. Afin d’accompagner ces travaux, le labex souhaite donc entamer une réflexion sur l’éditorialisation, conçue comme l’ensemble des opérations, dispositifs, acteurs ou médiations nécessaires à l’intégration et la valorisation des ressources au sein de l’environnement numérique.
C’est pour initier cette réflexion que nous vous invitons à cet Atelier labex destiné à croiser vos pratiques, vos questions, vos terrains avec ceux d’intervenants ayant mené à bien des projets d’éditorialisation dans différents domaines.
Autour de quelques opérations clés (annotation, scénarisation, appropriation, représentation), chaque session sera l’occasion de présenter des cas concrets, d’échanger sur les bonnes pratiques et d’esquisser ensemble des réponses pratiques et théoriques.

lundi 11 avril 2016
Université Paris Ouest
Salle des conférences du nouveau bâtiment Max Weber (en face du bâtiment A)

Pour alimenter le fil twitter : #editoPP

Programme

[version pdf]

10h Accueil
10h10-11h10 Session #1 Annotation
Les pratiques d’annotation sont au cœur de l’activité du chercheur, que ce soit l’annotation de données, de textes ou d’archives. Dans la mesure où l’annotation constitue un lien de continuité entre la lecture et l’écriture, les dispositifs d’annotation dans l’environnement numérique incarnent un rôle particulier dans l’éditorialisation des ressources, favorisant la circulation et l’interprétation de ces ressources.

  • Bertrand Lafont, Projet Assyronline
  • Vincent Puig (Iri), Dispositif Polemictweet

11h30-12h30 Session #2 Scénarisation
L’indexation fine et la fragmentation des contenus numériques ont ouvert de nouvelles pistes d’écriture qui consistent en l’agencement spatial et temporel d’éléments multimodaux (ou multimédia) dans un même document. Du CD-ROM au webdocumentaire, ce premier niveau d’éditorialisation relève dans une certaine mesure du montage (editing). Si cette écriture scénarisée organise effectivement l’accès et la consultation des ressources, elle ne constitue cependant qu’un aspect de l’éditorialisation, au risque de se figer dans un objet clos.

  • Céline Lèvre (BDIC), Cartable numérique
  • Nicolas Prévôt, Webdocumentaire Inouï, projet Patrimoine musical des Nanterriens

14h-15h Session #3 Appropriation
L’appropriation constitue le véritable enjeu de l’éditorialisation. Au-delà du simple accès aux ressources, l’éditorialisation met en œuvre les conditions de possibilités de réutilisation et de réécriture des ressources, autrement dit de leur appropriation. De l’accès à l’appropriation, les dispositifs de médiation mis en place par les institutions culturelles opèrent un changement de régime éditorial dans la mesure où le rôle de l’institution n’est plus de produire ou de commissionner un discours, mais d’offrir à ses publics la possibilité d’en produire de nouveaux.

  • Thomas Sagory, Musée d’archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye
  • Xavier Lemarchand, Editorialisation sur les sites de l’INA

15h15-16h15 Session #4 Représentation

Cette approche de l’éditorialisation concerne plus particulièrement les données de la recherche dont le destin n’est plus de demeurer sur les étagères des laboratoires. Avec l’Open Data et l’Open Science, mais aussi avec l’émergence d’infrastructures dédiées, les données de la recherche sont désormais publiables en tant que telles, c’est-à-dire comme matière première et ressource à exploiter. Sur le plan de l’éditorialisation, se pose alors la question de la représentation de ces données publiées, qui consiste à produire des formes intermédiaires susceptibles d’être analysées, dans un double objectif d’appréhension des bases de données parfois massives, et des données elles-mêmes.

  • Régis Stauder (BnF), Éditorialisation de Gallica
  • Gilles Bertin et Lisa Chupin (Dicen-IDF), projet e-ReColNat

Comité scientifique

  • Ghislaine Glasson Deschaumes (Labex Les Passés dans le présent),
  • Lionel Maurel, université Paris Lumières),
  • Louise Merzeau (université Paris Ouest – Dicen-IDF),
  • Nicolas Sauret (Paris Ouest – Dicen-IDF – Labex Les Passés dans le présent).

Visiter le site du labex
Fil Twitter de la journée #editoPP

Nouvelles écritures, mashup et recyclages

Master Biens communs

3e séance de la saison 3 du webinaire « Biens communs numériques », organisé par le Master ICEN de l’université Paris Ouest et coordonné par Louise Merzeau, en partenariat avec SavoirsCOM1.

Avec :

Nicolas Sauret,
Ingénieur, chercheur à l’Iri et à Dicen-IDF, responsable de plusieurs projets ou ateliers sur l’éditorialisation numérique, dont Design Metadata

Julien Lahmi, réalisateur de mashups et de films de recyclage, auteur de Mashup Cinema (site encyclopédique qui classifie, éditorialise et publie des films d’emprunt).

jeudi 7 avril 2016 de 14h à 16h30

• captation vidéo de la séance accessible depuis le blog du Master ICEN

Mode d’emploi pour participer au webinaire

 

Nouvelles audiences, communautés de fans et datatainment

Master Biens communs

1ere séance de la saison 3 du webinaire « Biens communs numériques », organisé par le Master ICEN de l’université Paris Ouest et coordonné par Louise Merzeau, en partenariat avec SavoirsCOM1.

Avec :

Mélanie Bourdaa (@melaniebourdaa), Maître de conférence à l’Université Bordeaux 3 Michel de Montaigne, membre du laboratoire MICA
Nadia Elmrabet
(@zewiskas), Spécialiste des cultures numériques et du transmédia. Prépare une thèse en anthropologie à Londres, anciennement freelance en conception de contenu digital, contributrice à Ina Global.

jeudi 28 janvier 2016 de 14h à 16h30

• captation vidéo de la séance accessible depuis le blog du Master ICEN

Mode d’emploi pour participer au webinaire

Données personnelles et communs

Master Biens communs

 5e séance de la 2e saison du webinaire « Biens communs numériques », organisé par le Master ICEN de l’université Paris Ouest et coordonné par Louise Merzeau, en partenariat avec SavoirsCOM1.

Avec :
Valerie  Peugeot (@valeriepeugeot), Conseil National du Numérique
Chercheuse à Orange Labs, Présidente de l’association Vecam
et
Antoinette Rouvroy (@arouvroy) Université de Namur, Docteur en sciences juridiques, chercheur en philosophie du droit au Fonds National de la Recherche Scientifique (FNRS, Belgique)

Mot-dièse : #M2Communs

jeudi 26 mars 2015 de 14h à 16h30

• captation vidéo de la séance accessible depuis le blog du Master ICEN
• pour participer aux échanges en direct, RV sur la page du hangout

Mode d’emploi pour participer au webinaire