L’expérience transmédiatique : inclusion, environnement, communs

couv-homme-traceL’Homme-trace. Inscriptions corporelles et techniques


En s’écartant des conceptions courantes de la fracture numérique et de l’exclusion, on se propose d’interroger les conditions de l’e-inclusion à partir d’une pensée de l’environnement-support et de l’expérience transmédiatique. Opposant le paradigme de la présence à celui de la performance, on reviendra sur les injonctions paradoxales qui sous-tendent les discours sur le supposé écart ou retard à combler, pour leur opposer une réflexion sur l’action dispositive. En réintroduisant les questions de contextualisation, de médiation, d’organisation et de mémorisation dans le processus d’insertion, on suggèrera de replacer la problématique du handicap dans celle, plus large, du monde partagé et des biens communs
.

Cet article reprend  les propos tenus lors de la journée Handicap psychique et insertion organisée au Havre en mars 2014.

Ouvrage dirigé par Béatrice Galinon-Mélénec, Fabien Liénard et Sami Zlitni
CNRS éditions, Collection CNRS Alpha, 2015, 284 p.

Visiter le site de CNRS éditions

Pour citer cet article

Louise Merzeau “L’expérience transmédiatique : inclusion, environnement, communs”, in B. Galinon-Mélénec, Fa. Liénard, S. Zlitni (dir.), L’Homme-trace. Inscriptions corporelles et technique, CNRS éditions, 2015.

 

Présence numérique du chercheur : de l’identité à l’environnement

logo-halshs
Vers une culture de la diffusion en sciences humaines et sociales : les 10 ans de HAL-SHS


Quel sens a le dépôt en archives ouvertes pour le chercheur en sciences humaines ? Suffit-il de lui parler diffusion et référencement pour le convaincre d’adopter une démarche d’auto-archivage ? Sans doute faut-il dépasser les performances de l’outil et les services qu’il peut lui rendre (automatisation de certaines tâches, fournitures de CV…), pour replacer le dépôt dans une pratique globale d’éditorialisation scientifique. Celle-ci va de la conversation entre chercheurs à la transmission des connaissances, en passant par la publication, l’indexation, la curation, la redocumentarisation, etc. Cette activité multimodale s’exerce désormais dans un environnement-support, où se croisent des communautés, des degrés d’expertise et des temporalités hétérogènes, et où la logique du partage (dimension sociale, viralité, temps court) n’est pas toujours compatible avec celle de la publication (évaluation, métadonnées, temps long). Dans ce contexte, le seul dénominateur commun n’est plus le document mais l’identité du chercheur, ou plus exactement, la présence numérique à travers laquelle il se manisfeste au autres. Attention, confiance, crédibilité, mais aussi contribution à un espace commun du savoir, que chaque acte éditorial contribue à configurer : l’auto-archivage relève bien d’un éthos numérique et d’une éthique scientifique.

Journée d’étude organisée par l’Institut des Sciences Humaines et Sociales (InSHS) du CNRS et le Centre pour la Communication Scientifique Directe (CCSD)

18 décembre 2015,  CNRS, Paris

captation vidéo

conf-hal-shs

logo-pdf support de présentation

logo-pdf programme

Visiter le site de Hal-SHS

Corps et profils

logo-editorialisation
Séminaire Écritures numériques et éditorialisation


L’identité numérique est souvent présentée comme une question d’image – une image de marque qui assure notre visibilité sur le web. Cette visibilité n’est pourtant qu’un aspect superficiel de notre présence numérique, puisque la construction de l’identité se joue davantage au niveau de l’indexation de soi que de la figuration de soi : en d’autres termes, la visibilité n’est plus seulement celle du portrait, ni même celle du corps. Tant et si bien que le profil appelle finalement un enjeu d’invisibilité plutôt que de visibilité, de manière à nous redonner le contrôle de nos traces. Et en effet, de plus en plus d’utilisateurs éditorialisent leur profil en dérogeant aux règles de la représentation notamment imposées par la structure des dispositifs en ligne. Face à ce nouvel enjeu d’invisibilité, le paradigme de la représentation semble devoir être peu à peu abandonné au profit de la production de corps numériques. Le référent n’est plus un enjeu pertinent et le profil se suffit à lui-même : il fait œuvre autant qu’il fait autorité. Dès lors, quel rôle tient désormais l’image dans la production des profils ? Car paradoxalement, nous sommes tous photographes : nos téléphones nous permettent de capter, de modifier et de partager nos clichés sur les réseaux en moins d’une minute, tant et si bien que l’image photographique est devenue une nouvelle forme de langage participant à la constitution de ces identités profilaires. Jouant de la contradiction apparente entre visibilité et invisibilté, de quelle manière l’image peut-elle participer à ces formes inédites de production identitaire ? Peut-on parler d’une corporalité du profil ? Enfin, si le paradigme de la représentation est abandonné, comment ces pratiques d’éditorialisation du profil redéfinissent-elles en retour le statut de l’image ?

Avec :

André Gunthert est enseignant-chercheur en histoire visuelle, maître de conférences à l’Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS). il dirige également la revue Etudes photographiques. L’image sociale, son carnet de recherches, est spécialisé dans le domaine des études visuelles. Il propose une extension publique de son séminaire de recherche et s’inspire de ses fonctionnements. Il participe à l’agrégation Culture Visuelle.

Servanne Monjour est doctorante en cotutelle, sous la direction de Catherine Mavrikakis (UdeM) et Jean-Pierre Montier (Rennes 2). Elle s’intéresse aux récits de la transition photonumérique en littérature. Elle a publié des articles sur Atiq Rahimi, Joan Fontcuberta et sur les profils numériques de la femme-auteur. Elle est coordonnatrice de la revue savante numérique Sens Public.

Élisabeth Routhier est candidate au doctorat en littérature comparée, à l’Université de Montréal. Depuis ses études de maitrise en sciences de la communication, elle s’intéresse principalement à la poétique intermédiale dans les domaines de la littérature et du cinéma. Sa thèse porte plus précisément sur les rapports entre disparition et remédiation chez Perec, Modiano et Christopher Nolan.

Julie Tremblay-Devirieux

Les intervenants nous proposent de réfléchir et de dialoguer à partir des textes suivants :

  • argumentaire de Servanne Monjour, Élisabeth Routhier et Julie Tremblay-Devirieux (PDF – 35.5 ko)
  • argumentaire d’André Gunthert (PDF 46 Ko)
  • article de Servanne Monjour (PDF – 2.2 Mo)

IRI / Sens public / Dicen-IDF
10 décembre 2015, Centre Georges Pompidou (salle Triangle), Paris 17h30 heure de Paris
séance en duplex avec Montréal, avec synchronisation par PolemicTweet

consulter le site du séminaire
consulter les archives PolemicTweet du séminaire

Temps et temporalités du web

TTOW-visuel-72

Projet ANR Web90


Si le fonctionnement en temps réel, la promesse de l’instantanéité et l’accélération continue des échanges sont des éléments récurrents des discours fondateurs sur les  « nouvelles technologies de l’information et de la communication », force est de constater que celles-ci n’ont aboli ni le temps ni l’espace.
Bien au contraire, les rapports différenciés au temps se sont multipliés et structurent l’expérience contemporaine du numérique : enchâssées dans la longue durée se succèdent les « révolutions » ininterrompues de la technique, tandis que dissimulée derrière l’éphémère du fil de discussion se cache la permanence des données répliquées, et derrière les soubresauts de la toile et des réseaux socionumériques la complexité de l’événement.
Ce sont ces temporalités variées que le colloque souhaite mettre en lumière et interroger, au travers de l’analyse du Web dans ses dimensions passées, présentes et futures, individuelles comme collectives, sociales tout autant que techniques, économiques et politiques. Il s’agira également de prêter une attention particulière aux pratiques qui, de l’hyperconnectivité à la cyberflânerie, des flux de données à l’archivage du Web, font de la toile une expérience nouvelle de la durée et de l’instant.

[extrait du programme]

Colloque organisé par l’équipe du projet ANR Web90 piloté par Valérie Shaeffer
Du 1er au 3 décembre, ISCC, Paris
hashtag : #TTOW

Télécharger le programme
Download the TTOW program (en)
Archive des tweets

Visiter le site du projet Web90

 

Qui s’élèvera dans le domaine public en 2016 ?

avent

Pour la 3e année consécutive, Romaine Lubrique et SavoirsCom1 proposent leur calendrier de l’Avent du domaine public, pour célébrer l’entrée de nouveaux auteurs dans le domaine public.

Chaque jour du mois de décembre, sera révélé le nom d’une des 31 personnalités sélectionnées par les membres du collectif (écrivain, dessinateur, peintre, compositeur, théologien, biologiste…) dont les œuvres seront libérées du verrou de la propriété intellectuelle pour rejoindre les communs de la culture au 1er janvier 2016.

Circles in a Circle, 1923 (source : Wikimedia Commons)

Jean Giraudoux, Edvard Munch ou Vassily Kandinski avaient été les vedettes du calendrier de l’Avent en 2015. La promotion 2016 nous réserve aussi de belles surprises, célèbres ou à redécouvrir…
A noter que pour la première fois, le Calendrier du domaine public aura une dimension internationale : un collectif canadien proposera sa propre version, d’après la législation en vigueur au Canada (où le droit d’auteur n’est que de 50 ans après la mort de l’auteur, contre 70 ans en Europe).

À noter également que la défense du domaine public a été cette année au cœur de nombreux débats. Rapport Reda au niveau européen, vote de la loi sur la liberté de création en France, ou encore consultation citoyenne pour le projet de loi pour une République numérique ont été autant d’occasions de faire avancer la reconnaissance du domaine public et des communs de la connaissance, même si beaucoup de ces initiatives ont été bloquées par le lobby des ayants droit (cf. le retrait de l’article 8).
La revendication d’un droit d’accès, de partage et d’exploitation de notre patrimoine commun ne cesse cependant de grandir et de trouver des échos dans les médias. Cela ne peut que nous inciter à persévérer !