Mémoire partagée


Dictionnaire des biens communs


Cet article examine l’hypothèse selon laquelle la mémoire partagée représente une forme archétypale de commun, pouvant être comprise à la fois comme une condition et comme une résultante de toute mise en commun. En le distinguant de la mémoire collective théorisée par Halbwachs (qui résulte de l’unification des mémoires individuelles par l’action externe des cadres sociaux), on s’intéresse ici au processus du partage, qui suppose une volonté de réunir ou s’échanger au sein d’un groupe des ressources mémorielles selon des règles et pour une finalité qu’il détermine lui-même. Opérateur d’intelligibilité autant que de transformation, le partage mémoriel porte des enjeux de reconnaissance, de connaissance ou d’institution, qui se concentrent dans la collecte et l’éditorialisation des traces. Ces opérations sont largement conditionnées par les dispositifs techniques et organisationnels qui les sous-tendent, et que le numérique a profondément renouvelés, soit dans le sens d’une industrialisation des mémoires, soit dans le sens d’un paradigme collaboratif en adéquation avec l’esprit des communs.

Textes réunis par Marie Cornu-Volatron, Fabienne Orsi et Judith Rochfeld
P.U.F., Collection « Quadrige »
ISBN : 978-2-13-065411-7
1248 pages – Parution prévue en août 2017

  Télécharger la version intégrale du texte

Pour citer cet article

Louise Merzeau. Mémoire partagée. In Cornu-Volatron M., Orsi F., Rochfeld J. (dir.), Dictionnaire des biens communs. Presses universitaires de France, 2017.
ISBN : 978-2-13-065411-7

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *